La Bourgogne Cyclo 2018

La Bourgogne Cyclo 2018

Deuxième course de la saison : La Bourgogne Cyclo 2018. Comme à mon habitude, je passe le weekend sur place, ce coup-ci avec ma chérie (à Fleurville les trains sont rares). J’opte pour le Mediofondo encore une fois, pour continuer ma progression après avoir subit mes opérations comme vous le savez. Je vise les 4h maximum (environ 25 km/h de moyenne).

Sur place je retrouve Stef Broste que j’ai rencontré à La Bisou 2018, mais aussi Quentin Valmori et sa chérie Claire Bonnenfant. Nous avons à peu près tous les mêmes objectifs temps sur cette course : 4h ou moins. Nous sommes placés en milieu de peloton au moment du départ. Un départ qui allait partir très rapidement, seulement voilà, une première bosse venait faire une première sélection et créer des groupes. Je vois Stef Broste partir devant, j’aperçois également Quentin Valmori et j’avais l’impression que Claire Bonnenfant s’était fait distancer. Mon cardio est haut pour essayer de rester au contact au moins visuel de mes confrères. J’ai augmenté ma cadence dans les cents derniers mètres de la bosse où j’ai pu rattraper Stef, Quentin et Claire qui était dans la roue de son chérie. Elle avait bien montée cette bosse, je ne l’avais pas vu me passer devant. Pendant 1h environ je vais avoir des brûlures d’estomac, pas agréable du tout !

Profil La Bourgogne Cyclo Mediofondo 2018

Dans la descente et le faux plat montant qui suivait, un gros groupe s’est formé. Nous sommes environ 60-70, et je n’ai plus que Stef en visibilité. Je suis dans les premiers de ce groupe que j’emmènerais une bonne partie du temps jusqu’au Col de la Préole (287m). Je monte à mon rythme, derrière ça ne me dépassera pas. Stef Broste prend le relais quasiment en haut de ce dernier puis nous sommes ensuite une petite dizaine à se relayer.

La Bourgogne Cyclo 2018

Vers le kilomètre 25, après un petit faux plat montant, un mur a pointé le bout de son nez… J’ai oublié ce « détail » dans ma tête et j’ai du me ranger à droite de la route pour monter à mon rythme. Je bascule en dernière position et je vois le groupe se scinder en 2 blocs ainsi que quelques coureurs par-ci par-là derrière. J’en rattrape, en dépose, en rattrape de nouveau, et ainsi de suite sas que quelqu’un puisse prendre ma roue. Cela a duré jusqu’à ce qu’un coureur vêtu d’une tenue « Armée de terre » et une cycliste du Mont Ventoux International Cycling Club. Ce dernier coureur me prendra quelques relais, mais j’ai qu’une envie ; rentrer sur le groupe de Stef à peine à 300 mètres devant nous, avant le Col des Chèvres que je redoute.

Finalement, nous y arriveront après 15 kilomètres environ de chasse-patate, ramenant par la même occasion une bonne quinzaine (vingtaine ?) de coureurs qu’on aura récupérés en chemin. J’ai eu quelques remerciements, mais pas le temps de papoter, j’ai 9 km pour tenter de récupérer avant la prochaine ascension !

La Bourgogne Cyclo 2018Au Col des Chèvres (419m), je décide de monter à mon rythme. Stef quant à lui, plus profilé pour la grimpette mène le tempo avec quelques autres coureurs. Le groupe explose, il y en a de partout sur la route. J’ai la voiture des médecins derrière moi, je suis en queue de groupe et ceux derrière moi sont assez loin. J’ai un peu de mal à me faire à ce changement de rythme. Cela ne durera que 300 mètres puisque j’ai réussis à trouver un « second souffle » et à tourner assez les jambes. Me voilà relancé ! Je distancerais la cycliste (Natacha ou Nathalie je crois, je ne sais pas trop) puis rattraperais plusieurs dizaines de coureurs. Une fois au sommet me voilà seul. Je rattrape un cycliste dans la descente, mais il ne suivra pas.

Dans la vallée, je sais que la mi-course est passée et que la difficulté la plus dure est passée. Il reste néanmoins quelques enchaînements de bosses à gérer. Je me retrouve seul. Dans ma tête ça va, les jambes piquent un peu mais le profil est désormais plus adapté à mon gabarit et à mon cyclisme. De belles routes se profilent devant moi, et c’est en position « contre-la-montre » que je ferais la plus grande partie du temps les kilomètres qu’il me reste. Je doubles plusieurs coureurs, quelques petits groupes. mais aucun n’arrivera à prendre ma roue (ou pas très longtemps).

Au sommet du Col de la Croix (491m), j’ai une sensation de faim. Je mange une barre, avale un gel. Je voulais pas les prendre, mais il restais encore quasiment 25 kilomètres et j’étais toujours seul.

La Bourgogne Cyclo 2018Dans la dernière bosse (il restait à ce moment-là environ 10 kilomètres de course), ou plutôt successions de faux-plats, j’ai connu un petit coup de moins bien. J’ai l’impression de pas avancer. En me retournant, je remarquais que personne n’était en mesure de me suivre. Les écarts avaient même tendance à augmenter. Un coureur essaye de me rattraper vers le sommet, mais devant moi, je vois un groupe de 4 personnes à environ 1 minute. Seul un coureur à l’air d’être en capacité de rouler. Je décide donc d’emmener du braquet pour tenter de les rattraper. Le coureur de derrière moi reste à distance, perdant quelques mètres de temps à autre. Je vois les 4 hommes de devant se rapprocher de moi. Je continuerais mon effort et à 3 kilomètres de la ligne, je rattrape enfin le groupe. Je passe immédiatement en tête de groupe, augmentant leur vitesse. Ils tiennent bon. Sous la flamme rouge (pas représenté), celui qui menait le groupe depuis un moment décide de prendre un dernier relais. Je suis derrière lui, et je savais qu’on allait être dans les 100èmes. Ça m’est égal la position au final… sauf que comme d’habitude, un coureur suçant les roues depuis plusieurs dizaines de kilomètre à joué le sprint. Celui qui a bossé pour lui le suivra, moi ainsi que les 2 autres termineront à notre allure.

Je termine à la 119e place (sur 310) et 26e (sur 41) de ma catégorie 18-29 ans en 3:27:55 (30,01 km/h). Malgré une course quasiment en solitaire, je termine une demie-heure avant l’impératif temps que j’avais estimé, je suis très content mais il en fallait pas plus : à l’arrivée, j’avais le masque. Je termine à 35 min du vainqueur, 3 min de Stef (103ème) et 12 min devant Quentin (157ème) et Claire (158ème). Les premiers de ma catégories feront 1, 2, 4, 5, 6, 8 pour un ordre d’idée. On aura tous bien roulé finalement. Je dois encore progresser dans les bosses/cols pour pouvoir prétendre mieux me classer dans des courses similaires à La Bisou ou à La Bourgogne Cyclo. Au niveau de la distance/dénivelé, c’était limite, il en fallait pas plus comme je l’ai dis. Mais si j’étais resté dans un groupe, peut-être que… On verra la semaine prochaine si je m’engage sur le « Medio » ou le « Gran » au Raid du Bugey et voir également comment ça va se passer !

Relive ‘La Bourgogne Cyclo Mediofondo (119e scratch, 26e catégorie)’

La Bourgogne Cyclo Mediofondo 2018 Diplome

Démarrez une conversation