La Forestière 2016

La Forestière 2016

Avant dernière épreuve de l’année, c’est également une course qui va permettre de voir ma progression depuis l’année dernière puisque La Forestière 2015 était pour moi ma première cyclosportive à l’époque et ça s’était assez mal passé… Il y aura en tout 147,7 km et 2580 m de dénivelé. Les conditions sont identiques à l’année précédente, avec de la pluie et du brouillard. J’apprécie désormais ce genre de météo !

Tout avait pu finir avant même de commencer… au moment d’arriver au village départ, à un rond-point j’ai fait un tout droit avant de me rattraper in-extrémiste pour éviter la chute. Autant vous dire que j’ai réglé mes freins immédiatement après pour ne pas avoir de surprise pendant la course. Passer d’un temps sec avec 35°C à un temps pluvieux et humide avec 13°C, il faut que le matériel et la conduite du vélo soient adaptés.

ss-2016-09-18-at-02-13-01

Bref, c’est donc sous les gouttes que nous avons pris le départ. Je me place en 3e ou 4e ligne afin de savoir où je me situe lors de la première bosse qui va faire une première sélection. Au bout de 5 km de montée, je lâche le peloton (composé essentiellement du parcours de 125 km). Nous serons une vingtaine de poursuivants derrière une quinzaine de coureurs en tête. Il n’y a pas forcement d’harmonie dans le groupe, seuls deux personnes prennent des relais assez irrégulièrement.

Nous arrivons au Col de Bérentin (1144 m), j’essaye de m’accrocher car le rythme est élevé, je me fais distancer de 100 m à quelques hectomètres du sommet, je mets un peu de braquet et reviens… je commence à avoir l’habitude de faire ce genre d’exercice bien que ce ne soit pas la meilleure des solutions. Quoi qu’il en soit je bascule avec mon groupe au sommet, nous ne sommes plus qu’une petite dizaine (les autres ont été lâchés ou s’étaient engagés sur le parcours 125 km).

 14409930_10153850674666867_3059887307297239995_o
Je me suis battu contre moi-même (en jaune) dans un domaine qui n’est pas le mien pour rester au contact du groupe

Je prends le relais alors du sommet jusqu’au pied du Col de la Rochette (1112 m), le groupe à faillit casser sous mon impulsion alors que j’étais à mon rythme. Je suis bel et bien avec des grimpeurs et ma place dans les cols correspond donc à mon profil. Nous entamons ce col (versant par lequel nous étions descendus au Tour de l’Ain) dans un rythme encore une fois assez soutenu. À 3 km du sommet, je commence à faire l’élastique, je m’accroche… ça pique les jambes. Mais à moins d’un kilomètre du sommet je me fais distancer. Je bascule avec 30 secondes de retard sur le groupe avec un autre coureur que je lâcherais définitivement dans la descente.

Dans cette descente j’aperçois le groupe devant, mais ils me prennent du temps. Dans la vallée le vent est présent à mon grand désespoir. Je suis environ 1 minute maintenant derrière ce groupe et seul… mais une bonne étoile était là aujourd’hui. Je remonte derrière la voiture Mavic jusqu’au groupe. J’ai eu de la chance mais un fait de course est un fait de course. Seulement voilà…. En parlant de fait de course, au pied du Col de Cruchon (903 m) qui n’est certes pas long, ma chaine saute. Je me dépêche de la remettre et de repartir mais impossible de revenir sur mes compagnons dans cette bosse de même pas deux kilomètres. Derrière il y a quasiment 20 kilomètres de faux plat descendant et descente, mais je ne reviendrais seulement que sur un coureur lui aussi distancé.

Il m’emmènera jusqu’à la cote de Cerdon qui possède de gros pourcentages avant de se faire distancer suite à des crampes. Dans les vallons qui suivent, je rattraperais quelques coureurs mais à priori aucun coureur qui composait mon groupe. Je termine 24e au scratch et 3e de ma catégorie 18-29 ans. Je suis content mais un peu frustré quand même de m’être fait distancer sur un saut de chaîne, j’aurais aimé me battre encore pour rester au contact du groupe dans le final sachant que le profil m’était favorable, mais également pour faire une course pleine. Je termine à un peu plus de 10 minutes du groupe qui lui termine pas si loin que ça d’une bonne partie du groupe de tête ! C’est la première fois que j’arrive à m’accrocher dans les côtes comme ça, que j’y arrive surtout et dans le groupe des poursuivants ! David Polveroni remporte de nouveau La Forestière.

Classement complet de la course

Nous devions être 79 à nous élancer dans cette cyclosportive de 150 km, ce ne seront finalement que 52 coureurs qui auront pris le départ. Je suis vraiment satisfait de ma progression par rapport à l’an dernier. J’aurais aimé monter sur le podium, mon premier… mais ce n’était que les premiers de chaque catégorie qui étaient invités, dommage. Je remercie encore une fois Stéphane COGNET mon entraîneur pour avoir pu redresser mon hygiène de vie à temps, elle n’allait plus vraiment dans le bon sens depuis quelques semaines, ce qui m’a permis de continuer de progresser avec les entraînements.

Au passage, j’ai croisé en fin de course Jean-Luc Peyrachon du Tour de l’Ain 2016 qui n’a finalement pas participé à la course et m’a même ramené à l’hôtel, merci à lui. On devrait se revoir sur le vélo le 02 octobre 2016 à La Scott – Les Cimes du lac d’Annecy qui clôturera à tous les deux notre saison.

2 commentaires

    1. Merci Benjamin !
      En effet ça fait du bien au moral et ça me donne une idée de ma progression que j’ai pu avoir cette année. J’espère confirmer à La Scott – Cimes du Lac d’Annecy la semaine prochaine mais ce sera compliqué de tenir la cadence dans les bosses puisque cette épreuve est inscrite au Challenge Cyclo’Tour Rotor avec des cycliste de haut niveau.

Rejoignez la conversation