Le Tour de l'Ain 2016

Le Tour de l’Ain 2016

Après environ 1 mois sans réel entraînement, j’allais me lancer dans ma 1ère course à étapes : Le Tour de l’Ain Cyclosportif Craft-Challenge. Le but de ces 4 étapes sera de me faire plaisir, retrouver des sensations sur le vélo mais aussi préparer mes 24h du Mans qui se tiendrons le week-end prochain. Cette épreuve réunit un niveau très élevé de cyclistes. Je vais obligatoirement apprendre beaucoup.

TourDeLain2016

Le Tour de l’Ain est une course qui comporte 4 étapes. Des classements seront effectués (Général, Montagne, Catégories, Équipes) pour les coureurs qui se sont engagés sur les 4 jours. Par ailleurs, un cycliste peu venir rouler seulement pour 1, 2 ou 3 étapes par exemple, un système à la carte qui ne compte pas pour les classements cités précédemment mais seulement pour le classement de l’étape du jour. Pour ma part, je remercie SR2i de m’avoir sponsorisé pour ce Tour avec la formule hébergement et logistique tout compris. Ce pack me donnais droit à une navette aller/retour allant de la gare SNCF de Bourg-en-Bresse jusqu’à l’hôtel où j’ai passé 4 nuits en pension complète (repas du matin et du soir, celui du midi étant offert à l’arrivée des étapes), trajets aller/retour en bus depuis l’hôtel jusqu’au départ/arrivée des étapes. Nous sommes une vingtaine à avoir choisit cette formule et l’ambiance est très bonne.

Profil---Tour-de-lAin-2016---E1

C’est donc dans d’excellentes conditions, presque professionnelles, que j’allais entamer cette première étape longue de 126,6 km (nous n’avons pas fait la boucle de Saint-Vulbas comme les pros). J’avais décidé avant ce Tour que j’attaquerais dès les premiers kilomètres pour essayer de m’échapper et pourquoi ne pas avoir de la chance pour jouer un GPM qui n’est pas mon terrain de jeu (le maillot vert n’étant pas présent en cyclosportif). J’ai donc lancé les premières hostilités et nous seront 4 à partir… mais c’était de très courte durée puisque 2 kilomètres après le peloton nous rattrapera. J’ai dégringolé dans le peloton sans pouvoir récupérer et en 3 kilomètres seulement je me suis fais distancer. J’ai tenté de revenir sur le peloton pendant presque 10 kilomètres, vent de face… il n’était qu’à 300 mètres… je pensais être le premier à me faire lâcher et j’ai donc été assez frustré.

Pendant les 30 kilomètres qui ont suivis j’ai fais une sorte de contre-la-montre pour espérer un relâchement du peloton pour recoller, ce dernier était à 5 minutes, puis 10 minutes. C’est alors qu’une voiture officielle me dépasse et m’annonce qu’un groupe d’une quinzaine de coureurs était derrière. J’ai relâché mon effort donc, et intégré quelques minutes plus tard ce gruppetto qui sera composé de quelques éléments de l’hôtel. J’ai pris mes relais après 10 min de récupération pendant environ 30 kilomètres avant que Jean-Luc Peyrachon (Dossard 101, en photo ci-dessous) ne prenne la quasi-totalité des relais du dernier tiers de l’étape, merci à lui encore. Il y avait aussi Odile Jacq (nommée « Pink » à l’hôtel venue avec son mari Michel Jacq « Blue »). J’ai également su que c’était mon attaque qui les avaient fait exploser d’entrée, un peu gêné sur le coup mais on en a rigolé ensemble.

IMG_20160810_130924

Je terminerais la course 128e sur 162 en 03h33’33 à 36’25 du vainqueur et 34e sur 36 de ma catégorie 17-29 ans. Un jeune hollandais (Sjors Beukeboom, 20 ans) de l’hôtel finira quant à lui second de cette étape ! Il était partit avec moi en échappée au début de l’étape d’ailleurs. Classement de l’étapeClassement par catégorie

Profil---Tour-de-lAin-2016---E2

Pour cette deuxième étape longue de 145,3 km (pareil que la veille, nous ne ferons pas la boucle des pros de Montréal-la-Cluse) j’ai décidé de tenter ma chance avec Sjors au kilomètre 0. Mes jambes sont un peu lourdes, je sens déjà les efforts de la veille… je manque de rythme et de fraîcheur puisque je n’avais pas roulé depuis presque 1 mois. On s’échappe donc à deux avant qu’on ne se relève avant la bosse car le peloton ne voulait pas nous laisser plus de 100 mètres d’avance. Dans la bosse je me suis fait distancer directement et j’ai intégré cette fois-ci le gruppetto immédiatement qui s’était déjà formé. Il y avait 5-6 personnes de la veille déjà au sein de ce groupe dont Jean-Luc ! On a commencé à relayer mais 5 coureurs « à la carte » ont prit les relais, donc on les a laissé faire. Le maillot jaune a crevé vers le 20e kilomètre et aura mit presque 80 km à nous rattraper. On a fait ensuite 15 km derrière lui puis le groupe a explosé lors du Col de Matafelon-Granges et de la Côte de Cessiat derrière. Je terminerais seul pour ces 30 derniers kilomètres.

Je me place donc 116e sur 134 en 04h54’19 à 01h11’22 du vainqueur et 34e sur 36 de ma catégorie. Je suis à ce moment-là 100e sur 112 au classement général à 01h47’03 du leader et lanterne rouge des 17-29 ans (31/31) à 01h44’36 du leader mais à quasiment 50 min de l’avant dernier ! J’ai eu du mal à enchainer avec les efforts fait la veille. Classement de l’étapeClassement par catégorie – Classement généralGénéral par catégorie

Profil---Tour-de-lAin-2016---E3

La troisième étape est la plus difficile pour moi sur le papier. Il n’y aura aucun répit et l’avis sera partagé à l’avant de la course ainsi que chez les professionnels. Le départ se fait très rapide, je garderais contact avec le peloton jusqu’au pied de la première difficulté et la Côte de Samognat. Je retrouve Thierry Jacquet (Dossard 50) qui était avec nous la veille dans le gruppetto, puis Jean-Luc qui nous a rejoint ayant lâché le deuxième gruppetto formé d’autres personnes présentes les autres jours dans les gruppettos (avec « Pink » par exemple). Nous roulerons ensemble jusqu’à la côte de Giron où les coureurs « à la carte » partiront.

IMG_20160812_082318
(Lac de Nantua au départ)

C’est à partir de ce moment où j’emmènerais un groupe de 5-6 personnes. Aucun relais ne sera prit et dans la bosse de Chézery-Forens je ferais un tempo qui fera craquer le groupe sauf 2 personnes (Thierry et un coureur « à la carte »). Aucun relais ne sera prit non plus jusqu’à notre deuxième passage à Chézery-Forens après le Col de Menthières. Il nous reste alors la montée finale vers Lélex Monts-Jura, des pentes qui normalement me sont favorables (< 5 %) seulement je n’ai plus de jus et à 8 km de l’arrivée je lâche prise et laisse mes deux compagnons partir. Je me ferais rattraper par 2 personnes avant de mettre pied à terre à 3 km de l’arrivée pour demander de l’eau à un spectateur… je n’avais plus rien ! C’était long et à 300 mètres de l’arrivée Laurent Legrand (Dossard 102) a joué le sprint pour finir devant moi. C’était de bonne guerre puisqu’il avait craqué sous mon tempo 40 km avant.

J’en termine finalement à la 123e place sur 157 en 05h51’10 à 01h43’03 du vainqueur et 33e sur 42 de ma catégorie. Je gagne 10 places au général et passe 90e à 03h24’39 du leader. Dans ma catégorie je ne suis plus la lanterne rouge non plus et gagne 6 places (25/29) à 03h24’39 également du leader. Je suis satisfait d’avoir terminé, car je suis à bout de moi-même à ce moment-là ! J’envisage même de ne pas repartir de lendemain… Classement de l’étapeClassement par catégorie – Classement généralGénéral par catégorie

IMG_20160812_171504

Sinon mon ami Sjors prend le maillot à pois sur cette étape, je suis très content pour lui pour sa première course en France il décroche un maillot distinctif 2 jours après avoir terminé deuxième de l’étape !

Profil---Tour-de-lAin-2016---E4

Un réveil difficile en ce jour de dernière étape. Je n’avais pas la motivation du tout de partir, vraiment… Je ne me suis changé que 30 minutes avant le départ, les jambes me tiraient beaucoup et en plus il faisait froid. Le paysage en revanche ne m’est pas inconnu puisque le départ se fait au même endroit que celui du Raid du Bugey 2016 en début de saison.

Finalement je prendrais le départ, la bosse dans le fictif fait très mal, des gruppettos se forment même déjà alors que le départ réel n’a pas été donné. Je m’accroche et je reste au contact du peloton. Dans la ligne droite qui mène à Ambronay, une longue ligne droite… le peloton roule en file indienne. Je lâche ! Un groupe se forme et je le tiens pendant quelques kilomètres dans la Côte de Corlier. Le rythme est trop fort je lâche prise une nouvelle fois. Les jambes semblent aller mieux qu’hier, je suis rassuré et trouve mon rythme. Je me fais rattraper par quelques coureurs (dont Jean-Luc, Thierry pour ne pas changer ainsi que Laurent, « Pink » et « Blue ») et basculeront ensemble au sommet du Col de la Rochette.

Je m’arrêterais à Artemare au ravito pour remplir mes bidons avant d’entamer le Col du Grand Colombier, dernière difficulté de ces 4 jours et pas la moindre ! Chacun son rythme, j’en rattrape quelques uns mais pas Jean-Luc qui ne s’était pas arrêté. Il y avait du monde, ils nous encourageaient en attendant les pros, c’était génial. Les passages à plus de 10% ne m’allaient pas, la pente n’était pas régulière et je déteste ça. Impossible de trouver un rythme correct. Le final est difficile, « Pink » et « Blue » me rattraperont dans les derniers kilomètres de ce Col. Je m’arrêterais au sommet, dernier ravito, pour remplir encore mes gourdes puis je me lançais dans la descente accompagné de Thierry qui me suivait de pas loin dans la col. On a rattrapé assez rapidement le couple mais également d’autres coureurs. Au pied du col, le vent n’était pas aussi favorable qu’on nous l’avait annoncé. Je ne peux prendre de relais dans la vallée de Anglefort à Béon. J’ai ensuite pris quelques relais avant qu’un coureur qu’on a dépassé accroche notre roue. Les petites bosses successives ont eu raison de Thierry qui lâche à mon image la veille avec les rôles inversés.

Je me suis mis en position « contre la montre » et entamais mon finish. J’étais content de pouvoir terminer ce Tour de l’Ain très difficile pour moi. Mais je ne voulais pas non plus me faire battre sur le finish comme la veille pour ma dernière étape. J’ai donc accéléré dans les courtes bosses à forts pourcentages pour que les personnes qui prenaient ma roues ne puissent pas la tenir. Ils ne voyaient pas ma tête, j’avais mal mais ils lâchaient au mental avant moi.

J’en terminerais donc en solitaire à la 136e place sur 183 (le plus gros peloton de ces 4 jours) en 05h37’41 à 01h44’28 du vainqueur de l’étape (Jean-Francis Pessay, qui était à l’hôtel). Son équipe remportera le classement général par équipe. Pour ma pars je gagne 6 places au classement général en terminant ce Tour de l’Ain 2016 à la 84e position sur 108 (il y aura eu 1 non-partant et 4 « abandons » pendant ce Tour) à 05h08’37 derrière le vainqueur Kenny Njissen. Il finira également 1er de la catégorie 17-29 ans, classement dans lequel je termine 25e sur 29.  Classement de l’étapeClassement par catégorie – Classement généralGénéral par catégorie

Sjors n’a pu conserver son maillot à pois par contre. Il termine 4e de ce classement GPM remporté par Tao Quemere qui n’est d’autre que le vainqueur de l’Étape du Tour 2016. Pink quant à elle terminera première dame de ce Tour de l’Ain 2016.

J’AI VÉCU UNE TRÈS BELLE EXPÉRIENCE !

Albert Durand, bénévole et accompagnant de notre groupe pendant toute la semaine nous a rendu la tâche plus facile tout au long des étapes avec les chauffeurs de bus, en s’occupant de nos affaires et de la logistique. Un groupe bien sympathique dont certains possèdent un haut niveau de cyclisme. J’ai beaucoup appris pendant cette semaine et reçu des conseils qui vont me servir plus tard. Surnommé « Marc » à l’hôtel en rapport avec Cavendish et le gabarit de sprinter, mais également pendant la course par quelques spectateurs dans la montagne… allez savoir pourquoi, j’ai effectué une bonne préparation en vue de mes 24h du Mans 2016 : objectif principal de ma saison.

IMG_20160810_091725

4 commentaires

Rejoignez la conversation